Fermer cette fenêtre pour retourner à la Biographie

EWIGES LEBEN
(Vie éternelle)
Marcottage*

Composition du groupe : ci-dessus, Héraut (1939) -
ci-dessous : à gauche Demut ["Humilité"] - à droite Flora
(1943)

Le groupe Ewiges Leben pour la Weserbergland-Klinik était destinée à figurer sur un socle surplombant une fontaine en marbre.

            Pour la figure masculine Breker choisit, parmi les statues qu’il avait modelé de 1934 à 1945, celle du Héraut, datant de 1939, dont l’un des bras, replié, semble inviter à un rapprochement, tandis que de l’autre, il désigne l’avenir d’un mouvement ample.

            Le choix de la figure féminine posa davantage de problèmes : Demut [« Humilité »] apparaît comme une œuvre appropriée. Le seul problème est que, si la statue s’insère parfaitement dans le mouvement enveloppant du bras droit de la figure masculine, la position des bras et des mains de Demut n’offre aucune assise à l’enfant. Il était en revanche une autre statue féminine de la même époque, Flora (1943) dont le bras gauche, après une légère modification, se prêtait parfaitement à recevoir un tout jeune enfant. Mais telle qu’elle se présente, Flora offre la vision un peu maniérée d’une femme au mouvement alangui, dont la main gauche, relevé à hauteur du front, paraît vouloir redressée une mèche de cheveux tombante : une attitude qui convient fort peu au sujet que Breker entend ici illustrer. La tête légèrement penchée vers l’avant de Demut, disposé sur le corps de Flora, ne corrigeait pas seulement la physionomie de la statue, elle en modifiait radicalement l’expression : le mouvement du bras droit n’étant plus dès lors celui, empreint de sensualité, de Flora, mais celui d’une femme qui, à l’image de l’Impératrice de la Femme sans ombre, à la fin de l’opéra de Richard Strauss, se donne le sentiment de s’éveiller d’un songe, tandis que le petit enfant, disposé sur son gras gauche semble suggérer, par son geste et l’inclinaison de sa tête : « Une fête se pourrait-elle si nous n’étions, en secret, à la fois les invités et à la fois les hôtes ! »

 

 * En horticulture, le marcottage désigne une opération consistant à multiplier un végétal en enterrant une de ses branches afin qu’elle prenne racine. En sculpture, le terme désigne une opération qui consiste à créer une nouvelle statue à partir d’œuvres précédemment moulées, dont les fragments sont associés. Contrairement à Maillol, Rodin eut parfois recours à la technique, comme lorsqu’il assembla le cheval du Général Lynch (une statue datant de 1886) et un torse féminin pour créer La Centauresse (1889). Breker, quant lui, n’avait jamais eu recours au procédé.